Soutenons ANACAONA, la 1ère Initiative de Recyclage de Savon en Haïti !

Soutenons ANACAONA, la 1ère Initiative de Recyclage de Savon en Haïti !

Le CFFC a l’honneur et le plaisir de soutenir une initiative humanitaire inédite, unique et très prometteuse pour Haïti : le recyclage de savon, favorisant à la fois la Promotion des Femmes, l’Environnement, la réduction des Maladies liées à l’Eau et le développement du Tourisme. Si vous voulez les soutenir, allez donc visiter le site de leur campagne : https://www.indiegogo.com/projects/the-1st-soap-recycling-initiative-in-haiti#/

Entretien avec l’équipe d’ANACAONA, l’entité organisatrice de cette initiative vitale et très prometteuse qui organise d’ailleurs une grande campagne de financement participatif que nous pouvons soutenir en cliquant ici

 

CFFC : Parlez-nous un peu de vous ?

En tant que spécialiste Eau, Assainissement et Hygiène dans le milieu humanitaire, Laure a passé ces 5 dernières années au sein de différentes ONG afin de faciliter l’accès à l’eau, l’hygiène et l’assainissement pour les plus démunis. Ses différentes missions l’ont amené à travailler à Madagascar, aux Philippines, au Bangladesh, au Sud-Soudan et en Haïti.
Mélanie, quant à elle, a travaillé dans le milieu humanitaire pendant 6 années dans les domaines de la logistique, des finances et des ressources humaines. Elle a été Directrice Pays d’une ONG Suisse ces deux dernières années en Haïti.
Consultante en communication depuis 4 années, Julie travaille dans le domaine du Graphic Design, Web Marketing et du montage vidéo pour des entreprises telles que Dior, Guerlain, Alstom et Coca-Cola.

CFFC : Comment vous est venue l’idée de créer ANACAONA ?

Depuis plusieurs années, ce projet trottait dans la tête de Laure. Sa passion pour la thématique de l’Eau, l’Assainissement et l’Hygiène associée à son rêve de démarrer sa propre organisation a pris racine en 2014 lorsque Laure a participé au MOOC « Devenir
Entrepreneur du Changement » organisé par HEC Paris et la Fondation Danone Communities. Sur plusieurs centaines de projets présentés à la fin des six semaines de cours en ligne, son projet de Recyclage de Savon auprès d’Hôtels Partenaires en Haïti a été parmi les 10 finalistes.

ANACAONAANACAONA 1ANACAONA)

 

 

 

 

 

 

De gauche à droite : Laure BOTTINELLI, Fondatrice ; Julie ALA, Chargée Communication ; Mélanie GEISER, Chargée des Opérations.

C’est également à la même période que Laure et Mélanie se sont rencontrées. Pendant une année, elles ont vécu dans la même ville en Haïti et de là est née l’envie de travailler ensemble. Au travers de cette amitié, elles ont rapidement réalisé qu’elles partageaient de nombreuses valeurs humanitaires et souhaitaient avoir un impact sur la croissance d’Haïti en utilisant les mêmes approches. L’une d’entre elles consistait à pérenniser l’accès aux services d’eau potable et d’hygiène pour les plus vulnérables car elles savaient que répondre à ces besoins de base pourrait sauver des milliers de vie.

Julie et Laure sont amies depuis leurs années universitaires. Elles sont restées proches et se sont soutenues mutuellement dans leurs projets et leurs aspirations. En Juin 2015, Julie, Mélanie et Laure se sont rencontrées en Haïti pour la première fois et ont discuté plus en profondeur de leur envie de commencer une initiative de recyclage de savon.
Pour que ce rêve devienne une réalité, Laure a quitté Haïti en Juillet 2015 et a passé plusieurs mois en Asie du Sud Est avec l’idée de récolter davantage d’informations sur les méthodes de fabrication de recyclage de savon. A Bali et au Cambodge, elle est allée à la rencontre d’organisations de recyclage de savon prospères qui l’ont aidée à comprendre leurs activités et modes de fonctionnement. C’est à partir de ce moment qu’elle était convaincue : ceci pouvait aussi fonctionner en Haïti.
En Janvier 2016, elle est retournée en Haïti, prête à commencer cette nouvelle aventure avec Julie et Mélanie…. et ANACAONA est né !

CFFC : En quoi ANACAONA est différente des autres organisations ?

ANACAONA est composée de femmes uniquement, ce qui est assez inédit en Haïti, un pays où la place de la femme est encore très sectorisée et peu développée dans autoentrepreneuriat.
De plus, nous sommes l’une des rares entreprises sociales en Haïti à être dirigée par des humanitaires. Aussi, nous avons la volonté d’inscrire nos activités dans une logique de pérennité et souhaitons pouvoir avoir un impact sur le long terme.
Enfin, notre approche multisectorielle qui touche à 4 thématiques clés : la Promotion des Femmes, l’Environnement, la réduction des Maladies liées à l’Eau et l’appui au Tourisme.
Responsable, fait de ANACAONA une organisation qui répond à 7 des 8 objectifs du Millénaire pour le Développement des Nations-Unies.
Pour en connaître plus sur les Objectifs du Millénaire pour le Développement, visitez le site web : http://www.un.org/millenniumgoals/

Laure ANACAONA

CFFC : Depuis quelques années, la presse se fait plus discrète sur Haïti. Pouvez-vous en quelques lignes nous faire un point de la situation actuelle ?

A la suite du tremblement de terre dévastateur en Janvier 2010 (plus de 200 000 morts), puis de la flambée de choléra d’octobre 2010 qui perdure encore (740 000 cas et plus de 8 000 morts) des centaines d’Organisations sont venues travailler dans le pays. Puis, comme après toute urgence, l’aide s’est faite plus rare, et s’en est allée vers d’autres pays dans le besoin.
Le pays est donc aujourd’hui clairement dans une phase de transition, avec des organisations et des projets davantage portés sur la post-urgence et le développement, ce qui est tout à fait normal.
En revanche, certaines crises perdurent et nécessitent le soutien d’organisations d’urgence comme la crise alimentaire dans certaines régions du pays ainsi que le choléra qui continue, chaque mois, à faire des victimes. Outre le choléra, Haïti fait face à de nombreuses autres maladies hydriques qui nécessitent un travail de fond (éducation à l’hygiène, réhabilitation de sources d’eau, maintenance d’infrastructures existantes). Le pays oscille donc entre un besoin d’aide durable pour un développement stable et des actions ponctuelles d’urgence pour faire face à des situations qui dépassent les
capacités de réponse du Gouvernement.
Enfin, le pays se trouve aujourd’hui dans une phase de transition politique complexe. Le deuxième tour des élections présidentielles du 24 janvier a été reporté sans nouvelle date et plonge le pays dans une situation délicate. Les investissements étrangers se font déjà naturellement plus rares, les tensions sont palpables dans le pays et ce, jusqu’à ce que la situation s’éclaircisse et qu’un nouveau Gouvernement soit élu et en place.
Pour toutes les raisons décrites plus haut, il nous semblait donc important avec Mélanie et Julie d’être présentes en Haïti en cette période difficile et essayer, à notre échelle, de participer à un développement durable pour le pays.

 

CFFC : Pourquoi le rôle de la femme prend-il une place aussi importante dans votre projet ?

Comme dans beaucoup d’autre pays du monde, les femmes haïtiennes sont parmi les personnes les plus vulnérables. Selon la Banque Mondiale, Haïti se classe au 132/152 ième pays avec le plus disparités entre les hommes et les femmes. Il est noté que 46% des haïtiennes entre l’âge de 5 et 17 ans ont déjà été victimes de violence sexuelle.
En Haïti, seulement 25% des filles obtiennent l’équivalent de leur baccalauréat en milieu urbain, contre 2% en milieu rural. Aussi, 85% des femmes haïtiennes à la tête de foyer vivent avec moins de 1 USD par jour. En Haïti, une femme est payée en moyenne jusqu’à 50% de moins qu’un homme à poste égal.
Pour l’ensemble de ces raisons, cela nous tient à cœur de donner une place conséquente aux femmes dans notre projet et, dans le futur, à avoir des femmes haïtiennes à la tête d’ANACAONA.

CFFC : A quel stade en êtes-vous dans le projet ?

Depuis Janvier 2016, l’équipe travaille à temps plein sur le projet. Nous avons rencontré en Janvier une trentaine d’hôtels en Haïti pour leur présenter nos activités et avoir leurs premières impressions. Quelle surprise et bonheur de voir que la totalité des hôtels étaient partants pour devenir notre partenaire et de signer le protocole d’accord.
A ce jour, nous avons déjà fait 3 récoltes mensuelles de savon auprès de nos hôtels partenaires (Février, Mars et Avril). Nous avons ramené ces savons à nos ateliers et avons commencé les premiers prototypes des savons recyclés qui seront distribués gratuitement aux écoles et revendus aux hôtels et aux particuliers.

ANACAONA 3

POUR LES SOUTENIR, MERCI DE CLIQUER ICI

Aussi, nous sommes actuellement en recherche active de partenariat avec des fondations et des entreprises susceptibles de nous soutenir financièrement ou de nous apporter une expertise technique.

Nous revenons d’un séjour de 10 jours en Floride afin de faire du networking auprès d’institutions et de faire connaître le projet et la campagne dans des communautés haïtiennes et américaines.

 

CFFC : Quels sont vos principaux challenges ?

Les 3 principales difficultés auxquelles nous sommes confrontées sont :
1- Nous sommes actuellement au stade de démarrage des activités, consolidation de partenariat, création de nos premiers prototypes de savon, etc.. Cette période très stimulante est néanmoins difficile car il nous faut trouver notre rythme de travail, s’adapter aux besoins, prioriser les activités et trouver le temps de se reposer et recharger les batteries. Quand tout reste encore à faire, difficile de mettre son cerveau au repos !
2- Etre des femmes démarrant une nouvelle organisation dans un pays étranger, et qui plus est, Haïti, est loin d’être évident et il nous faut faire preuve d’un redoublement d’énergie pour arriver à nos fins. De plus, beaucoup d’entreprises en Haïti appartiennent à quelques grandes familles haïtiennes et se faire une place dans ce monde est loin d’être évident.
3- Travailler en Haïti signifie devoir composer au quotidien avec les instabilités politiques. Depuis le mois de Janvier 2016 et le report des élections présidentielles, Haïti est plongée dans une période transitoire complexe avec des conséquences sur le climat sécuritaire. Il nous faut donc continuellement adapter nos activités selon la situation et jouer sur le rythme des événements.

Femme en Haiti

CFFC : Où vous voyez-vous dans 6 mois ?

Dans un futur à court terme, nous nous projetons avec les 6 objectifs suivants :
1- Finaliser l’installation des activités d’ANACAONA dans notre atelier de travail et pouvoir accueillir des visiteurs.
2- Contractualiser nos 3 premières employées et les avoir formées au recyclage de savon et à l’hygiène de base.
3- Avoir des ventes régulières de nos savons auprès de nos hôtels partenaires et de particuliers.
4- Démarrer nos activités de distribution de savon, de filtres à eau et d’éducation à l’hygiène dans nos écoles partenaires.
5- Travailler avec différentes plateformes touristiques dans le pays afin de mettre en avant les efforts de tourisme responsable de nos hôtels partenaires
6- Étendre nos activités afin d’atteindre les 4 zones phares en Haïti : le Cap-Haitien, Jacmel, la zones des Cayes et la zone métropolitaine de Port-au-Prince.

CFFC : Sans nous délivrer votre secret de production, à quoi ressemble votre savon ?

Notre technique de recyclage de savon est inédite puisqu’elle est très peu utilisée dans le monde et pas du tout en Haïti. Donc on ne vous en dira pas beaucoup plus, vous le comprendrez bien… !
Cette technique est parfaitement adaptée au contexte haïtien puisqu’elle ne nécessite que très peu d’eau, très peu de gaz et aucune électricité : nous ne dépendons pas d’un réseau d’électricité haïtien, pour le moins très aléatoire… C’est une technique qui est gourmande en main d’oeuvre et qui nécessitera plusieurs employées.
Nos savons recyclés seront améliorés avec des produits haïtiens uniquement : café, miel, cèdre, amande, vetiver (plante rare utilisée dans la parfumerie de luxe). Aussi, l’emballage sera fait avec une fibre haïtienne biodégradable qui permettra de stimuler l’économie paysanne.

savon anacaona

CFFC : Comment peut-on vous soutenir ?

Notre priorité actuellement est la levée de fonds lancée sur la plateforme internet Indiegogo jusqu’au 16 Mai 2016. Les contributions financières qui nous seront reversées serviront à stabiliser nos activités programmatiques sur les douze prochains mois.

Si vous voulez nous soutenir, allez donc visiter le site de notre campagne : https://www.indiegogo.com/projects/the-1st-soap-recycling-initiative-in-haiti#/
Nous sommes également toujours ravies d’être en contact avec des personnes souhaitant partager leur expertise et nous aider à nous renforcer dans des domaines tels que : le marketing, la recherche et développement, la finance, etc…
Vous pouvez également parler de notre projet autour de vous dans votre entourage familial ou professionnel. Allez liker notre page facebook (ANACAONA), partagez le lien de notre campagne (lien ci-dessus), laissez-nous des mots d’encouragements sur notre boite mail (contact@anacaona.org).
C’est grâce à votre belle énergie que ce projet avance si vite !

CFFC : A quoi serviront les 50 000 USD que vous souhaitez récolter via votre campagne de crowdfunding ?

La somme de 50,000 USD correspond aux frais programmatiques dont nous avons besoin pour faire tourner les activités sur les 12 prochains mois. Parmi ces frais, nos salaires à Mélanie, Julie et moi ne sont pas inclus.

Pour entrer plus dans le détail, voici à quoi serviront effectivement les 50,000 USD :
-2,500 USD: 100 kits d’hygiène pour des écoles primaires
-5,000 USD: 100 formations d’hygiène pour des professeurs d’écoles primaires
-6,000 USD: 60 filtres à eau pour des écoles et des hôpitaux
-20,500 USD: 12 mois de salaire pour 7 employées
-6,000 USD: Collecte et distribution mensuelle de savon
-10,000 USD: Une année entière de savon pour au moins 5000 écoliers

CFFC : Comment vous suivre pendant la campagne ?

Jusqu’au 16 Mai 2016 inclus, nous avons une grande campagne de levée de fonds sur la plateforme Internet Indiegogo, dans l’espoir de récolter 50,000 USD afin de stabiliser nos activités pour les prochains mois.
Pour nous suivre et nous soutenir pendant la campagne, cliquez sur le lien suivant : https://www.indiegogo.com/projects/the-1st-soap-recycling-initiative-in-haiti#/
– Allez sur notre site internet : www.anacaona.org
– Allez sur notre page facebook : https://www.facebook.com/Anacaona-1117571124928645/
Si vous n’avez pas les moyens de nous soutenir financièrement, aidez-nous en parlant de notre projet et de notre campagne à votre entourage. Si vous connaissez des personnes susceptibles d’être intéressée par le projet, dites-leur de nous écrire à notre adresse mail contact@anacaona.org

 

CFFC : Haïti et vous ? Un souvenir, une image, une odeur ?

Laure : Commencer la lecture d’un nouveau roman haïtien : Gary Victor, Lyonel Trouillot, Jacques-Stephen Alexis- La littérature haïtienne est merveilleuse et abondante !
Mélanie : La vue du Pic la Selle, plus haut sommet du pays dans les lacets de la route de l’Amitié menant à Jacmel.

 

CFFC : Et pour finir, que signifie ANACAONA ?

Au XV ème siècle, sur l’Ile d’Hispaniola, ANACAONA était une des plus belles reines des Caraïbes. Son mari, le valeureux Guerrier Caonabo, régnait sur la région de Léogane, habitée par le peuple Taino. A l’arrivée des Colons Espagnols, Anacaona a combattu pour que le people Taino reste libre. Femme de pouvoir et de lettres, elle a eu une influence importante sur la période de colonisation de l’Ile. Elle est morte à 29 ans, pendue, pour
avoir voulu protéger les femmes de son pays et est encore aujourd’hui ancrée dans la mémoire du people Haïtien comme l’une des figures phares de l’époque coloniale. Notre organisation étant basée en Haïti, avec une grande composante Promotion des Femmes, reprendre le nom ANACAONA nous semblait tout à fait approprié.

Notre site internet: http://www.anacaona.org

La page de la campagne Indiegogo : https://www.indiegogo.com/projects/the-1st-soap-recycling-initiative-in-haiti#/

Notre page Facebook : https://www.facebook.com/Anacaona-1117571124928645/

Photo Credit: AP

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *